Background Image
Table of Contents Table of Contents
Previous Page  74 / 80 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 74 / 80 Next Page
Page Background

JUIN 2019

74

Tourisme

par Michelle Cantin

Formation Nautique Québec

michelle.cantin@

formationnautiquequebec.com

Découvrir la voile sur le Saint-Laurent

Le passage obligé pour une connaissance supérieure

de la navigation

Considéré comme une des principales voies d’accès au conti-

nent nord-américain, le fleuve Saint-Laurent, avec ses kilo-

mètres de voie navigable, ses courants et ses marées, ses

paysages tantôt champêtres, tantôt montagneux, ses 600 îles

et archipels, offre un plan d’eau et un environnement excep-

tionnels favorisant l’apprentissage de la voile et la décou-

verte du Saint-Laurent à la voile. Que ce soit entre Québec

et Lévis ou en direction du Bas-Saint-Laurent (Berthier-sur-

Mer, Saint-Jean-Port-Joli, Tadoussac, Rimouski ou Gaspé), la

Côte-Nord ou les Îles-de-la-Madeleine, découvrir la voile sur

le fleuve Saint-Laurent est à coup sûr une expérience enri-

chissante autant pour les initiés que pour les novices.

Pour ce faire, il est essentiel de détenir des techniques et des

connaissances de la navigation. Les amateurs de voile doi-

vent composer avec l’effet des courants et les marées du

Saint-Laurent, les situations climatiques influencées par les

différents profils côtiers, les règles de route, le trafic mari-

time, la vie à bord et le balisage, entre autres choses. Chose

certaine, la découverte à voile de ce majestueux plan d’eau

saura les enrichir d’impérissables souvenirs et d’expériences

uniques.

Assis sur le quai ou déambulant sur la grève, plusieurs ob-

servent ces voiliers transportés par le vent et rêvent en si-

lence du jour où ils pourront suivre leur sillage.

Un jour

peut-être,

se disent certains.

À la retraite peut-être,

ajoute-

ront les autres. Mais pourquoi attendre et ne pas en profiter

maintenant, puisque cette activité est à la portée de tous, pe-

tits ou grands, jeunes ou moins jeunes. Plusieurs activités

sont disponibles tout au long du parcours afin de permettre

de s’initier à la voile.

En route vers le nord

Sur la rive nord, le secteur de navigation qui suscite le plus

d’intérêt pour ses charmes inestimables est sans doute le

fjord du Saguenay. Le plus beau d’Amérique du Nord, long de

155 km, ce secteur propose des anses magnifiques, des caps

et des falaises escarpées ainsi que des parois vertigineuses

de plus de 300 mètres. Des paysages grandioses et des condi-

tions de navigation exceptionnelles attendent les naviga-

teurs, sans parler des fréquentes rencontres avec les

mammifères marins de l’endroit. Plus de 1800 espèces ma-

rines habitent le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent.

Son accès peut être facile lorsque l’on y accède au bon mo-

ment, c’est-à-dire lorsque les courants s’y infiltrent.

À l’entrée du fjord, le secteur de l’île Rouge peut réserver

quelques surprises aux marins non expérimentés en situa-

tion de vent fort puisque la localisation de l’île Rouge devient

le point de rencontre entre les vents du Saguenay, les vents

du Saint-Laurent et les courants de marée. La rencontre de

ces trois forces peut générer une vague pouvant atteindre les

3 mètres.

Côté est, la baie de Tadoussac, avec sa marina, se situe à

5 milles marins en amont du phare du Haut-fond Prince.

Impressionnant, le pilier du Haut-fond Prince fut érigé en

1964 afin de faciliter la navigation, particulièrement difficile

au confluent du Saint-Laurent et du fjord du Saguenay en rai-

son de courants complexes et de nombreux hauts-fonds.

Tout le long du fjord, des escales attendent les navigateurs

à Baie-Sainte Marguerite, L’Anse-Saint-Jean, Baie-Éternité,

Sainte-Rose-du-Nord et Chicoutimi.

Attirés par l’air du large et poursuivant notre navigation plus

au nord-est sur le Saint-Laurent, on peut faire halte à

Grandes-Bergeronnes, à Sainte-Anne-de-Portneuf, Havre-

Colombier, Baie-Comeau et Anse-Saint-Pancrace. Ces sites

peu achalandés promettent enchantement, sérénité et les

plus beaux couchers de soleil qui soient.

Baie St-Pancrace, près de Baie-Comeau

Phare de l’ïle Rouge